Grève générale : « Je paralyse le pays pour vous rendre heureux ! « 

Avocats tunisiens : l’ ONAT rejette les articles 30, 31, et 55 de la loi de finance 2017
24 novembre 2016
Créé déjà depuis 60 ans ! Le code du statut personnel doit être révisé
28 novembre 2016
Montrer tous

Grève générale : « Je paralyse le pays pour vous rendre heureux ! « 

Grève Générale dans le secteur public le 08 Décembre, une autre sera organisée bientôt  par les acteurs du secteur privé. Cessez ce jeu!

L’année dernière l’UGTT a demandé des majorations salariales.  Il haussait le ton contre l’UTICA. Après de longues négociations,  nous avons finalement eu les fameux 6% d’augmentation. Trente ou quarante dinars, ont-ils  vraiment changé  la situation du salarié face à cette grande inflation ?

Faudrait-il mettre le pays en danger juste pour se montrer les maîtres de la situation ? En deux ans seulement,  l’FMI accorde à la Tunisie deux crédits  ce qui présente une réelle menace pour l’économie tunisienne. Rappelez-vous, que la Grèce s’effondrait suite à l’octroie du  troisième prêt. Ce pays a quand même la chance d’être soutenu par l’Union Européenne.  Et la Tunisie, qui la soutiendrait en cas de faillite ?

Quelles seront  les répercussions des grèves générales ?

Il faut être raisonnable. Pour le bien des salariés, la seule solution est la relance de l’activité économique. Si nous augmentons les charges des employeurs, les entreprises  ne pourront plus se positionner sur les marchés. Elles ne pourront  ni produire ni concurrencer. Les nouveaux projets seront tous gelés.

Ces grèves à répétition favoriseront bientôt le limogeage des milliers de salariés. La machine finira par remplacer la main d’œuvre et beaucoup de personnes se trouveront bientôt à la porte. Après tout, une machine ne fait pas de grève. Elle  fonctionne 24/24. Et elle travaille dimanche. Le propriétaire d’une usine, ne sera pas obligé de payer les coûts du transports. Beaucoup de responsables de sociétés seront même prêts à payer les crédits bancaires de leurs salariés, rien que pour les remplacer le plus tôt possible par des machines.

De nos jours, la technologie défit, l’être humain. L’intelligence artificielle fait des progrès spectaculaires. Dépenser un ou deux milliards pour acquérir une machine est plus rassurant pour un investisseur voulant  produire.

On veut plus de vos idées de génie. Laissez-nous travailler. Laissez-nous vivre. Si une catastrophe fatale touche le pays, vous serez les premiers à faire vos valises. Et, nous, nous serons toujours là !

L’année dernière, lorsque le gouvernement a augmenté les salaires des fonctionnaires de l’étatique, il a procédé à ce qu’on appelle la planche à billet ; il a imprimé de l’argent. Le secteur privé comment va-t-il procéder alors qu’il est étouffé par les impôts !

 

 

Comments are closed.