Senteur authentique de la Tunisie

La 18ème édition des JTC, à la mémoire du défunt Moncef Souissi
11 novembre 2016
Le dinar tunisien serait-il officiellement dévalué ?
18 novembre 2016
Montrer tous

Senteur authentique de la Tunisie

harkous

Le jasmin, le muguet, la braise de l’été, les plats atypiques et le thé à la menthe font souvent partie des souvenirs qu’on peut garder en esprit après une visite en Tunisie.  Toutes fois, pour les amateurs des produits naturels, le harkous est l’un des produits authentique de la Tunisie.

L’odeur de la substance est un amalgame de charme, fraicheur et désir.  Boisée ombrée, intense et énigmatique. D’ailleurs, les notes des nouveaux parfums de beaucoup de maisons de beauté telles que Dior, Guerlain, Tom Ford, etc sont inspirées de cette essence qui ressemble beaucoup à l’odeur des encens. Une senteur magnétique préparée méticuleusement et réservée pour décorer les corps des jeunes mariées comme fut la tradition.

Le harkous est une peinture corporelle sous forme d’encre noire imperméable. Ses origines remontent à la montée de Carthage. Les motifs utilisés sont généralement caractérisés par des petits ornements tels que des triangles, des croix, des carrés, des étoiles et des poissons, tous représentatifs de l’ère punique et de la déesse de la fertilité Tanit (Anath). Ces symboles peuvent également être vu dans les ruines des temples, sur les tombeaux de cette époque, les bijoux soi-disant berbères, les tapis faits à la main dits « margoum » et également la poterie.

L’obtention de quelques milligrammes de cette encre visqueuse exige une grande patience et beaucoup de temps. Une quantité relativement importante des matières premières : noix de galle, clous de girofle, écorce de noyer, l’oxyde de fer ou du sulfure d’arsenic. Le produit fini est le colorant utilisé pour préparer le harkous. Le procédé de cuisson de la précieuse substance se fait par distillation à sec dans un pot en argile au-dessus d’un feu de charbon de bois.

La peinture corporelle est mieux appliquée avec l’extrémité d’une aiguille de tapisserie. Auparavant, le dessin de ces petites ornementations n’exige pas beaucoup d’habileté dans l’exécution. Cependant des motifs plus modernes sont plus utilisés. Les dessins sont placés sur les doigts et s’étalent sur le dos le dos des mains, les pieds. Selon le goût de la cliente, d’autres motifs plus discrets peuvent décorer la poitrine, l’épaule, le bas du ventre ou le dos.

Le séchage de l’encre ne prend pas beaucoup de temps. Toutefois, il ne faut pas frotter sa peau le premier jour pour préserver la décoration le plus longtemps possible. Comme le henné et toute peinture naturelle, le harkous disparaît progressivement au bout de dix. La substance n’est pas nocive sauf pour les personnes allergiques au métal.

Comments are closed.